Economie du document (Bloc-notes de Jean-Michel Salaün)

Repérage de données sur l'économie des documents dans un environnement numérique

Aller au contenu | Aller au menu | Aller à la recherche

Mot-clé - 433. L’ECONOMIE DU DOCUMENT ; L’économie du document ; Caractéristiques économiques du document

Fil des billets

vendredi 16 novembre 2012

Les sept piliers de l’économie du document révisés (COOPT-Enssib)

Voici une première occasion d’appliquer mes bonnes résolutions sur les COurs Ouverts Pour Tous (COOPT). Il ne s’agit pas encore du cours transatlantique annoncé, mais, dans le cadre du master Politique des bibliothèques et de la documentation de l’Enssib, je dois animer quelques séances sur les « écosystèmes du document ». Compte tenu du petit nombre de séances, du public visé et des limites de mes compétences, je m’en tiendrai à une introduction à l’économie du document publié. Ce sera en même temps un test et une préfiguration pour le cours transatlantique ultérieur.

Les séances ont lieu en présentiel mais je vais utiliser la méthode de la classe inversée : le cours s’assimile à l’extérieur, avant la rencontre avec le professeur qui sert, elle, à vérifier que les notions ont été comprises et acquises. Dans la logique d’un COOPT, le cours (c'est-à-dire la partie non présentielle du processus) peut ainsi être ouvert et tout le monde peut en profiter… et même y participer, soit en annotant directement les matériaux du cours mis en ligne, soit en réagissant par Twitter avec #ecodoc. Je m’efforcerai de répondre à toutes les remarques.

La première séance sera consacrée aux particularités de l’économie du document. J’ai depuis longtemps l’habitude de les présenter sous forme d’une parabole dont les deux protagonistes sont une baguette de pain et un journal, parabole que j’actualise régulièrement. On trouvera ci-dessous la dernière version, fortement révisée par rapport à la précédente. Vous pouvez l’annoter, la commenter, contester, demander des explications et précisions, ajouter des références, etc. directement sur le fichier (l’outil est prévu pour par le bouton <Comment> en haut de la fenêtre) ou sur Twitter #ecodoc. Je suggère en particulier aux étudiantes de l’Enssib inscrites au cours de profiter de cette opportunité… cela leur sera très utile en vue de leur premier examen.

(si vous avez des difficultés de lecture, n'hésitez pas à agrandir le texte par la petite loupe en haut à gauche et tout rentrera dans l'ordre)

Pour aller plus loin, on peut lire la troisième partie du chapitre 4 du livre Vu, lu, su, et pour un lien vers les billets de ce blogue concernés par la thématique, cliquer sur les mots clés en haut de ce billet.

Autoévaluation

Pour vérifier votre compréhension, ci-dessous un petit quiz que je vous suggère d'annoter avec vos réponses et de discuter celles posées par d'autres lecteurs éventuels. De la confrontation nait la lumière !

(si vous avez des difficultés de lecture ou d'écriture, n'hésitez pas à agrandir ou rétrécir le document par les boutons en haut et à gauche de la fenêtre)

vendredi 24 août 2012

Communautés privées et tragédie des communs du savoir

Voici une édifiante présentation du travail des communautés privées sur le web :

Sonntag, Benjamin. « Communauté privées : Légalisez les partages hors marché ! » Benji’s blog !, août 23, 2012.

En accord avec son titre, l'auteur conclut son billet par un appel à la légalisation des partages hors-marché. C'est l'objectif du billet : plaider pour le partage. Mais si la démonstration de la valeur ajoutée des échanges entre ces passionnés est très convaincante, elle montre a contrario, me semble-t-il, combien cet équilibre est fragile et complexe. Il reste à mener un travail de réflexion beaucoup plus ample et approfondi que les habituels oukases pour ou contre Hadopi pour construire une régulation juridique et économique sérieuse et efficace. Il ne suffit pas, loin de là, de légaliser les partages hors-marché.

Les règles mises en place par les membres des communautés privées sur le web ressemblent de façon frappante à celles étudiées par Elinor Ostrom dans les sociétés primitives pour éviter la "tragédie des biens communs". La tragédie en question est celle de la surexploitation du bien commun au profit de quelques intérêts particuliers, l'exemple canonique étant celui du paturage partagé. Pour préserver le bien commun, les communautés mettent en place des règles institutionnelles. Dans nombre de cas, la tragédie a bien lieu et la propriété privée s'impose comme la loi "naturelle", mais si les règles sont convenablement posées et défendues, alors le bien commun peut être préservé, pour la satisfaction de l'ensemble des membres de la communauté.

E. Ostrom a cherché a élargir sa réflexion aux biens du savoir en les définissant comme non-rivaux. Cette idée est maintenant largement répandue sur le net. C'est devenu un lieu commun : la gratuité s'impose car les biens informationnels numériques sont infiniement partageables. Mais j'ai eu plusieurs fois l'occasion de dire (ici) que cette idée était inexacte, ou plutôt seulement partiellement exacte, car elle ne tient pas compte des différentes dimensions du document. Si le contenu est non-rival, l'attention l'est de moins en moins. Dès lors, on ne peut réellement parler de bien commun du savoir que dans un environnement clos, c'est à dire protégé de l'économie de l'attention. Sinon, pour reprendre le vocabulaire du débat traditionnel des économistes, on tombe dans une tragédie des communs du savoir, et immanquablement la propriété intellectuelle devient la référence "naturelle".

Déjà, comme le souligne l'auteur du billet au sujet des communautés plus ouvertes : Ces communautés sont souvent moins intéressantes car leur côté public fait que les forums sont moins remplis de passionnés et les règles de partage plus difficiles à faire jouer, puisqu’il est toujours possible de se créer un nouveau compte si besoin. En réalité plus une communauté est ouverte, plus l'économie de l'attention y joue un rôle important et plus le risque de tomber dans une régulation marchande est important, sauf encadrement strict par la loi.

L'exemple des communautés privées sur le web illustre la parenté entre les communautés du web et les sociétés étudiées par E. Ostrom. L'auteur du billet cite sept règles qui sont autant de protection et que je traduis ainsi : fonctionnement par parrainage, coresponsabilité "familiale", non publicisation de l'accès, réciprocité dans le partage, discussions communes, financement non-commercial, outils spécifiques (logiciels maisons). Ces règles sont le prix à payer pour la qualité des échanges et de l'accumulation d'un patrimoine commun. Et le résultat est concluant; Voici quelques uns des avantages, extraits des différents exemples cités :

  • La qualité des sorties : format sans perte, jaquette, fichiers avec des métadonnées propres, etc. 80% des requêtes ont été trouvées par l’un des utilisateurs du site.
  • Uniquement des films n’ayant pas fait un carton ces dernières années, et conséquence de cela, on y trouvera surtout des fans hyper pointus de cinéma.
  • Chaque film peut être partagé en différentes qualités (standard, hd, blueray ...). On y trouve de très nombreuses informations sur chaque film : acteurs, réalisateur, scénariste etc.
  • Des ebooks, films, logiciels, centrés sur les thèmes de l’apprentissage : formation aux langues, documentation de concours pour obtenir une certification, cours en tout genre, livres de culture générale etc. Cette communauté est, de ce fait, plus petite, mais les membres les plus actifs sont totalement experts de leur champ de compétence, des forums impressionants !

Il semble que le nombre de ces communautés autogérées soit très important. On y trouve les qualités des "infractructures épistémiques" indispensables à toute économie du savoir : conservation, confrontation et partage des documents. Dans l'histoire, les bibliothèques se sont construites sur ces éléments et nombre de bibliothèques sont issues d'initiatives de collectes privées, léguées ensuite à la collectivité.

L'auteur du billet conclut : Enfin, ne serait-ce pas tellement mieux si ces communautés pouvaient exister de manière ouvertes grâce à une légalisation des échanges hors marché, permettant à ces passionnés de pouvoir enfin partager leurs coups de cœur légalement, sans être obligés de se cacher de majors censés aider les artistes à trouver leur public... Sans doute, mais les règles des communautés autogérées ne sont pas seulement destinées à se cacher du gendarme, elles sont aussi la garantie du fonctionnement collectif. La légalisation du partage suppose un encadrement strict pour ne pas tomber dans la tragédie des communs de la surexploitation de l'économie de l'attention par quelques uns et par voie de conséquence d'un retour au régime de la propriété intellectuelle.Les internautes sont-ils prêts à les rendre plus officielles ? A lire les débats actuels, on peut en douter.

La tragédie est sans doute proche sinon déjà en route. On peut analyser de cette façon la (més)aventure de Megaupload qui cherchait à tirer profit de l'économie de l'attention, ou de façon plus insidieuse mais plus fondamentale l'exploitation commerciale de nos traces par des firmes comme Google ou Facebook.

mardi 26 avril 2011

Introduction au cours sur l'économie du document

La mise en ligne de la version 2011 du cours en ligne sur l'économie du document approche. Cette année, il sera concentré sur trois semaines pleines. Le temps réduit oblige les étudiants à avoir assimilé quelques notions fondamentales avant le début du cours.

C'est pourquoi j'ai développé la thématique de la séance introductive sous forme d'un texte rédigé comme un chapitre de livre. ici. Après avoir montré l'oubli de la notion de document par les économistes, le texte insiste sur sept caractéristiques de son économie, présentées comme sept piliers et montre qu'elles se combinent pour structurer trois marchés distincts.

Il reprend donc la parabole de la baguette et du journal déjà présentée sur le blogue dans une version plus ancienne et succincte, mais illustrée. ici

Pour approfondir, on pourra consulter cette bibliographie :

  1. Chris Anderson, “The Long Tail” (Change This, Décembre 13, 2004), .
  2. Yochai Benkler, The Wealth of Networks: How Social Production Transforms Markets and Freedom. New Haven, Conn: Yale University Press. 2006, (version française :La Richesse des réseaux. Marchés et libertés à l'heure du partage social, Presses Universitaires de Lyon., 2009, Introduction en ligne sur InternetActu ).
  3. Didier Durand, “ Revue de livre: "The Long Tail" ("La Longue Traîne") de Chris Anderson,” Media & Tech, Septembre 8, 2006, .
  4. Xavier Greffe, Introduction : L’économie de la culture est-elle particulière ?, Revue d'économie politique, 2010/1 (Vol. 120)
  5. Xavier Wauthy, “No free lunch sur le Web 2.0! Ce que cache la gratuité apparente des réseaux sociaux numériques,” IRES, Université Catholique de Louvain, no. 59, Regards économiques (Mai 2008),
  6. Carl Shapiro et Hal R Varian, Information Rules, A Strategic Guide to the Network Economy, (Harvard Business School Press, 1998). Site compagnon (voir en particulier <Themes> et <Teaching/The Information Economy>) : .

Exemples d'application du raisonnement :

mercredi 28 juillet 2010

Économie immatérielle

Autre suggestion de lecture longue pour l'été :

Olivier Bomsel, L'économie immatérielle : Industries et marchés d'expériences, Nrf Essais (Gallimard, 2010). (itw Télérama).

Par une relecture d'auteurs, classiques et plus récents, ce livre ne suggère pas moins qu'une révision du sens de l'histoire de la pensée économique et, sans doute, de l'économie elle-même. Partant du principe que la science économique depuis A. Smith s'intéressait à «l'économie des choses» et à la division du travail ou l'équilibre des marchés, il montre qu'une rupture du raisonnement s'est opérée par la proposition de R. Coase en 1937 dans son célèbre article The nature of the firm (pdf). Coase suggère de prendre en compte les coûts de transaction pour expliquer le partage de la production et la distribution des biens entre un marché d'un côté et des organisations de l'autre. Dès lors, la division du travail pour améliorer la productivité n'est plus l'explication essentielle du développement économique, mais il faut plutôt la chercher du côté des conventions ou des contrats qui se mettent en place, souvent par écrit, pour configurer l'économie. Mieux, avant même de contracter, les protagonistes doivent se renseigner sur les modalités des diverses formules (marché ou organisation) pour faire un choix éclairé, tout ce processus est informationnel et coûteux. Ainsi nous serions passés progressivement d'«une économie des choses» à «une économie immatérielle».

Autre proposition de l'auteur : dans cette économie, les effets de réseaux sont importants, et donc les externalités, positives ou négatives, dont profitent ou que subissent chaque consommateur individuel du fait de la consommation d'un bien ou d'un service par d'autres individus. Les effets de réseaux sont particulièrement importants dans les biens informationnels qui se trouvent maintenant au cœur de l'économie. O. Bomsel suggère que les institutions mises en place pour «internaliser» ces effets, c'est à dire les maîtriser et les réguler pour le bien de la collectivité soient intégrées dans le raisonnement économique.

Je ne saurai ici relever tous les points stimulants de ce livre qui a le mérite de sortir du discours convenu sur l'économie numérique et de faire réfléchir. Pour alimenter sa thèse, O. Bomsel relit de nombreux classiques de l'économie. C'est très salutaire et très éclairant, même si on peut s'étonner de l'absence d'H. Simon et la rationalité limitée (wkp) ou encore O. Williamson sur les coûts de transaction (wkp). De plus, il ne semble pas opérer une distinction nette entre le rôle de l'information dans l'économie et les activités économiques consacrées à l'information (industries culturelles, industries de l'information). Sans doute, la thèse d'une «économie immatérielle» suggère que toutes les activités économiques sont consacrées à l'information, mais je ne suis pas vraiment sûr, même si la notion de «biens d'expérience» ou la signification des consommations s'étend que les particularités des branches jusqu'ici spécialisées dans ce domaine se retrouvent dans le reste de l'économie.

L'auteur m'a beaucoup moins convaincu lorsqu'il s'éloigne de l'économie elle-même pour la psychanalyse, la linguistique ou la sémiotique. Il cite J. Lacan ou M. Foucault, mais ignore J. Baudrillard (celui du Système des objets ou de Pour une critique de l'économie politique des signes) ou encore G. Debord, qui auraient pu enrichir ou nuancer ses propos. Et surtout il méconnait les travaux en sciences de l'information, et notamment les interrogations sur la notion d'information et celle de document, à part une référence au livre de 1991 sur l'histoire de la signature de B. Fraenkel (pour un travail plus récent du même auteur sur le sujet voir cairn). Pourtant, la question qu'il pose est bien celle du rôle prééminent dans l'économie de «l'information consignée», l'objet premier des sciences de l'information.

Sur ces dimensions, l'auteur, fasciné par le livre Écrire à Summer de JJ Glassner sur l'invention de l'écriture cunéïforme, déduit dans un raccourci rapide que le numérique serait une nouvelle écriture universelle puisque tous les signes s'y réduisent à une série de 0 et de 1. Mais, si une formule comme «c'est la première fois depuis cinq mille ans qu'on invente une nouvelle écriture» peut séduire un journaliste de Télérama et frapper l'imagination des lecteurs, il s'agit là d'un contresens : le numérique n'est pas une nouvelle écriture. On peut objecter, en effet, de nombreux arguments à cette proposition. Tout d'abord, le 0 et le 1 sont des chiffres arabes écrits (wkp) dont l'universalité ne date pas d'hier. Ensuite, personne ne sait lire un programme informatique écrit en binaire, il s'agit en réalité de commandes envoyées à la machine et non une écriture. Les 0 et 1 ne représentent qu'une alternative de commande, oui ou non, fermé ou ouvert, et la grande innovation de ce côté est d'y avoir introduit le calcul booléen. Une écriture que personne ne peut lire n'a pas d'existence.

Ainsi, il serait plus juste de comparer la possibilité de consigner et reproduire tous les signes grâce à l'informatique à l'invention de l'imprimerie qu'à celle de l'écriture, une réelle innovation, une révolution même grâce aux possibilités quasi-infinies de reproduction, de combinaison et de transformation qu'ouvrent la puissance du calcul. C'est déjà beaucoup et n'est pas sans conséquence sur les écritures traditionnelles elles-même, comme en leur temps l'invention des caractères mobiles (voir, par exemple, les conséquences de la multiplication des SMS sur la connaissance des caractères chinois ici). Mais est-ce alors compatible avec la proposition de l'auteur d'une «économie immatérielle» ? Je ne sais.

samedi 04 octobre 2008

«Le marché des médias devient un marché de consommation comme les autres», vraiment ?

Voilà des réflexions tout à fait en phase avec le cours de cette semaine sur le pentagone (voir ici) :

Éric Scherer, “Fin de la TV et crise terminale des quotidiens d’information,” MediaWatch, Octobre 4, 2008, .

Extrait :

« Fin de la TV » : en fait, c’est plutôt de « la fin du broadcasting et de la mort de la grille des programmes » dont il s’agit, a précisé Veron, ce matin à l’occasion lors d’un Colloque au Sénat pour les 20 ans de la revue Hermès.

Jusqu’ici, le producteur de contenus TV était dans la situation incroyablement confortable de pouvoir programmer à la fois l’offre et la demande. Désormais, le marché des médias devient un marché de consommation comme les autres, avec « la mise à mort de la grille des programmes », où « la programmation de la production est passée du producteur au récepteur ». Et « en Argentine, quand un jeune couple s’installe, il n’achète plus de téléviseurs ».

«Crise terminale des quotidiens d’informations » : « elle s’est déroulée encore plus vite qu’on ne le pensait il y a 10 ans ». « La proportion de personnes qui lisent chaque jour un quotidien a diminué de moitié ces dernières années, pour ne représenter plus que 7% en Argentine ». « Ils vont disparaître et très bientôt, il n’y aura plus de gens qui lisent des journaux tous les jours. »

Dans certains pays, le lien le matin avec le journal était aussi fort qu’avec le JT du soir. « C’est en train de se décomposer totalement. Ca s’est cassé ces 5 dernières années ».

La question est bien de savoir si, comme parait le constater en Argentine Eliseo Veron, le pentagone est en train de s'effondrer au profit du Web-média ou si les différents médias vont coexister une fois la redistribution terminée. Car il y a une erreur dans son raisonnement : le marché des médias n'est pas devenu un marché de consommation comme un autre. Il n'y a pas dans le Web-média un lien direct entre la consommation d'un document et une transaction financière. Si le marché de l'attention domine, il faudra toujours la capter et il n'est pas sûr alors que, pour l'audiovisuel, les bonnes recettes de la programmation ne restent pas les plus efficaces. La difficulté de rentabilisation de YouTube n'est pas anodine.

- page 1 de 2