Economie du document (Bloc-notes de Jean-Michel Salaün)

Repérage de données sur l'économie des documents dans un environnement numérique

Aller au contenu | Aller au menu | Aller à la recherche

Mot-clé - 514. À LA RECHERCHE DU NEODOCUMENT ; Les paradoxes du néodocument ; Mémoire et oubli

Fil des billets

mercredi 22 septembre 2010

Vie privée, bibliothèques et Google-Books

Dans une discussion récente avec Silvère Mercier (ici), je m'étonnais que les bibliothécaires francophones ne prêtent pas plus d'attention à l'anonymat de la lecture dans le monde numérique. Justement un papier vient de paraitre sur le sujet :

Elisabeth A. Jones et Joseph W. Janes, “Anonymity in a World of Digital Books: Google Books, Privacy and the Freedom to Read,” dans (présenté au Internet, Politics, Policy 2010: An Impact Assessment, Oxford Internet Institute, 2010). Pdf

À vrai dire l'article n'amène pas sur le fond d'autres arguments que ceux déjà connus (voir par ex ici). Mais il appuie son raisonnement sur un livre de Helen Bissenbaum paru en 2009 que je ne connaissais pas et qui m'a bien intéressé, du moins par sa présentation dans l'article et les extraits et commentaires que j'ai pu en lire jusqu'ici :

Helen Nissenbaum, Privacy in Context: Technology, Policy, and the Integrity of Social Life (Stanford Law Books, 2009).

Le concept clé de Nissenbaum est «l'intégrité contextuelle» (contextual integrity) qui n'est pas une définition de ce qui serait privé vs ce qui serait public, mais une construction à partir de normes informationnelles d'une situation appropriée, c'est-à-dire moralement acceptable dans un contexte donné. Les normes sont évolutives et leurs paramètres sont précisés (contextes, acteurs, attributs et principes de transmission). Enfin un cheminement par étapes est proposé pour juger de la validité d'une nouvelle intégrité contextuelle qui peut être résumé en deux phases : Les nouvelles pratiques sont-elles conformes aux normes de l'ancien contexte ? La négative ne signifie pas qu'il faille nécessairement les rejeter, tout dépend des risques encourus par rapport aux bénéfices généraux. Cette mesure en termes moraux fait l'objet de la seconde phase.

Il est facile de montrer ainsi que les pratiques de Google violent les principes de l'anonymat de la lecture édictés dans le contexte des bibliothèques publiques des États-Unis (phase 1) et les auteurs suggèrent que le nouveau contexte créé ne répond pas non plus aux considérations morales de liberté, d'autonomie et de justice. Ce deuxième point est discuté dans l'article à mon avis un peu rapidement, même si je suis d'accord avec la conclusion. La difficulté à trancher sur la deuxième phase montre peut-être la limite de la méthode de Nissenbaum. Néanmoins, il paraît difficile d'éviter un débat moral et politique lorsque l'on aborde les notions de sphères privée et publique, toutes deux indispensables à notre humanité.

Voici, pour finir un extrait d'une interview d'H Nissenbaum du 18 janvier 2010 (ici trad JMS) :

Les questions les plus urgentes soulevées par le livre sont à mon avis :

D'abord de démontrer que la distinction entre privé et public, aussi utiles qu'elles soient dans d'autres espaces de la philosophie du droit et de la politique, est une impasse complète pour conceptualiser un droit à la vie privée et pour édicter une politique. De mon point de vue, on a perdu bien trop de temps à décider si telle ou telle information, tel ou tel lieu étaient privés ou publics quand, en réalité, ce qui comptait au final était quelles contraintes devaient être imposées sur la circulation de cette information dans cet espace. Nous pourrions faire des progrès beaucoup plus rapides si nous prenions de front cette dernière question plutôt que de nous enfermer dans la première.

Ensuite de contester la définition de la vie privée comme un contrôle sur les informations qui nous concernent, qui domine le monde politique aujourd'hui, même si elle est moins répandue dans le monde académique. Le problème de cette définition est qu'elle met immédiatement la vie privée en contradiction avec d'autres valeurs, présentées comme plus pro-sociales. Si le droit de la vie privée est le droit de contrôle, alors, il doit être évidemment limité, négocié, modéré par l'intérêt général ! De plus, il n'est même pas évident que le contrôle offrira une meilleure protection au sujet. Imaginez, par exemple, que tout ce qui concerne le dossier santé d'un individu soit soumis à son consentement pour sa divulgation et mettez cet individu dans une situation où on lui offre en échange un emploi, un prêt ou un gain à la loterie.. Heureusement, la loi des États-Unis reconnait le besoin de réelles contraintes pour la circulation de l'information selon les lieux et les contextes de la vie et, bien que des critiques ont été émises sur les faiblesses de certains termes de ces lois, je crois que l'approche globale est bonne.

jeudi 13 mai 2010

(Dés)ordre documentaire et (dés)ordre social

Francis Epelboin relate comment en Tunisie certains groupes islamistes arrivent à faire fermer des comptes Facebook à leurs yeux impies, simplement en utilisant les fonctionnalités automatiques du réseau (ici). L'histoire est édifiante et mérite d'être lue et méditée. Il est probable que la Tunisie ne soit ici que la partie émergée d'un iceberg de manipulations variées. Sans revenir sur les aspects éthiques, politiques et sociaux évidemment fondamentaux de cette histoire, je voudrais réfléchir tout haut et sans prétention ici à sa dimension documentaire.

Reprenant une métaphore habituelle sur le net l'auteur démarre ainsi son billet : Si Facebook était un pays, il serait l’un des plus peu­plés de la pla­nète, mais il serait égale­ment aux prises avec une guerre civile qui prend des pro­por­tions inquié­tantes. Cette métaphore est séduisante mais trompeuse. Elle fait comme si nous existions sur le web comme dans la vie ordinaire. Il y a pourtant une différence de taille : certes nous existons bien sur le web, mais notre existence y est documentaire (ici).

C'est une évidence que l'on a tendance à oublier ces derniers temps. L'ordre documentaire et l'ordre social sont sans doute le reflet l'un de l'autre, mais il s'agit d'un reflet sérieusement déformé : le monde du document est soumis à des contraintes sensiblement différentes de celles du monde matériel, notamment celles de ses trois dimensions (par ex ici).

En schématisant de façon outrancière, l'ordre ancien, celui de la documentarisation que nous quittons progressivement, s'appuyait d'abord sur la forme du document qui était un objet que l'on pouvait repérer et que l'on s'échangeait. Aujourd'hui la bataille qui se mène sous nos yeux est celle de la reconstitution d'un ordre documentaire, par une redocumentarisation, sans nul doute radicalement différent du précédent, mais qu'il ne faudra pas confondre non plus avec l'ordre social dont il n'est qu'une des composantes, on pourrait dire sa mémoire externe. ()

Google, en se positionnant sur la dimension texte pour capter l'attention par la recherche, a déjà fait basculer cet ordre par son activité de «lecture industrielle» pour reprendre l'expression d'A. Giffard (). Mais si la capacité de chercher transversalement dans l'ensemble des textes réduit leur hiérarchisation et peut remettre en cause une «doxa», voir par exemple la polémique entre l'État chinois et Google ou plus prosaïquement son interprétation à géométrie variable du copyright, l'ordre social n'est touché qu'indirectement.

Facebook, en voulant utiliser sa maîtrise du graphe social comme un avantage concurrentiel décisif pour valoriser la vente d'attention, polarise l'ordre documentaire sur sa troisième dimension, le medium. Il radicalise alors l'homologie individu-document, autrement dit l'ordre documentaire est soumis à celui des individus. Il importe la versatilité et la réactivité des clivages sociaux dans les arcanes des logiques documentaires, qui avaient auparavant recul et inertie. Alors l'ordre documentaire devient celui de la mémoire vive.

jeudi 29 avril 2010

Économie de la conservation numérique

Le Blue Ribbon Task Force on Sustainable Digital Preservation and Access (que l'on peut traduire par le groupe de travail sur les politiques publiques de conservation et d'accès numérique), lancé il y a deux et demi par la NSF et la fondation Mellon (en collaboration avec la Bibliothèque du Congrès, JISC, le CLIR et les Archives nationales US) vient de publier son rapport final :

Blue Ribbon Task Force Final Report, Sustainable Economics for a Digital Planet: Ensuring Long-Term Access to Digital Information, February 2010. ici Le site propose aussi une bibliographie sur le sujet.

Le rapport n'aborde pas la technologie, mais les politiques et surtout pour le thème de ce blogue l'économie du processus. Il s'agit plus d'une étude théorique, un cadre de réflexion, que d'une analyse de terrain et on peut regretter l'absence de données empiriques qui auraient donné du corps et du poids aux arguments. Néanmoins les réflexions de cette nature sont rares et donc précieuses.

Pour ce billet, j'ai retenu les quatre caractéristiques économiques de la conservation numérique (en italique, ce sont des citations du rapport, Ch2 p.24-30 trad JMS) :

1. La demande pour une conservation numérique est une demande dérivée

Autrement dit, la demande n'est pas directe, on ne conserve pas pour conserver, mais pour donner accès à l'avenir à des informations numériques. Cette caractéristique n'est pas très originale, ni propre au numérique. C'est le cas de nombreux biens et services en économie, en réalité toutes les matières premières ou encore les biens intermédiaires. Mais elle a des conséquences, notamment que le marché n'est pas toujours capable de réguler cette activité :

Parce que la conservation est une demande dérivée, la décision de conserver viendra en définitive de la valeur perçue associée au matériel numérique dans le temps.

2. Les matériaux numériques sont des biens durables dépréciables

Un bien durable dépréciable est quelque chose qui dure longtemps en produisant de la valeur continuellement, mais la qualité et la quantité de cette production peut décliner si des actions ne sont pas engagées pour maintenir la viabilité ou la productivité du bien. (..)

Parce que le matériel numérique est un bien durable dépréciable, on doit faire continuellement des investissements pour leur maintenance si l'on peut soutenir leur possibilité de créer de la valeur dans le temps.

3. Les biens numériques sont des biens non-rivaux et autorisent les passagers clandestins

Cette caractéristique est bien connue des économistes de l'information.

Les biens numériques sont des biens non-rivaux, car il suffit qu'un acteur conserve un bien, il l'est pour toute intention ou objectifs conserver pour tous. Dans ces circonstances, l'incitation pour un seul acteur à assumer les coûts de la conservation est affaiblie, puisque les autres pourront profiter gratuitement des bénéfices.

4. La conservation numérique est un processus dynamique qui dépend du chemin suivi

Cette caractéristique est la plus originale et la plus spécifique au numérique et donc la plus intéressante. Dans l'analogique, le processus de conservation venait en fin du cycle de vie du bien, c'est à dire à la dernière étape du circuit classique de création-production-diffusion. Dans le numérique, chaque étape peut influer sur le processus de conservation et celui-ci implique des décisions à chaque stade.

Le fait que les décisions de conservation dépendent du chemin suivi signifie que les décisions peuvent influer à chaque moment les conditions futures et déterminer l'éventail des choix futurs.

Malgré l'intérêt de cette réflexion, il me semble qu'il lui manque le plus important, c'est à dire une interrogation sur la nature économique de la valeur de la conservation. Les propos sur cette question (p.20) auraient pu être plus approfondis, notamment en faisant référence par exemple à l'économie de l'assurance.

Le chapitre suivant présente la répartition des responsabilités et des rôles en soulevant les enjeux qui se posent à chaque étape.

L'ensemble est illustré sur quatre domaines d'application (ch4) : le discours scientifique, les données de la recherche, le contenu culturel commercial et le contenu produit collectivement sur le Web. L'intérêt du rapport est de fournir un cadre d'analyse et de réflexion.

mercredi 23 mai 2007

"Je" les intéresse

H. Le Crosnier signale sur la liste RTP-DOC un article du Financial Times éclairant sur la stratégie de Google.

Google’s goal: to organise your daily life, By Caroline Daniel and Maija Palmer, Published: May 22 2007 21:08

Extraits :

“The goal is to enable Google users to be able to ask the question such as ‘What shall I do tomorrow?’ and ‘What job shall I take?’ ”

The race to accumulate the most comprehensive database of individual information has become the new battleground for search engines as it will allow the industry to offer far more personalised advertisements. These are the holy grail for the search industry, as such advertising would command higher rates. (..)

Mr Schmidt told journalists in London: “We cannot even answer the most basic questions because we don’t know enough about you. That is the most important aspect of Google’s expansion.” (..)

Earlier this year, however, Google bowed to concerns from privacy activists in the US and Europe, by agreeing to limit the amount of time it keeps information about the internet searches made by its users to two years.

Voilà sans doute de quoi alimenter les inquiétudes d'Olivier sur le nouveau service de recherche universel de Google. Mais à vrai dire, il ne s'agit simplement que d'une avancée supplémentaire dans la mise en place de l'économie du Web-média dont j'ai montré la logique, pour le moment antagonique à celle des médias de diffusion.

L'oubli et l'anonymat

Plutôt que de dénoncer vainement un mouvement naturel de l'économie (post-)moderne, peut-être pourrait-on relever que la mise en place de plus en plus évidente de ce volet de l'économie de l'attention ouvre des voies nouvelles aux métiers traditionnels de la documentation : ceux d'archiviste et de bibliothécaire par la gestion de l'oubli et la préservation de l'anonymat, à condition bien sûr d'en prendre pleinement la mesure et de savoir imposer leur choix.

Les archivistes sont les maîtres de l'oubli. Ils décident ce qui doit être gardé et pour combien de temps (calendrier de conservation). Un papier récent signalé par InternetActu, montre que certains font déjà de l'archivistique, comme monsieur Jourdain faisait de la prose.. sans le savoir.

Useful Void: The Art of Forgetting in the Age of Ubiquitous Computing, By Viktor Mayer-Schoenberger Working Paper Number:RWP07-022, Submitted: 24/04/2007

Résumé :

As humans we have the capacity to remember – and to forget. For millennia remembering was hard, and forgetting easy. By default, we would forget. Digital technology has inverted this. Today, with affordable storage, effortless retrieval and global access remembering has become the default, for us individually and for society as a whole. We store our digital photos irrespective of whether they are good or not - because even choosing which to throw away is too time-consuming, and keep different versions of the documents we work on, just in case we ever need to go back to an earlier one. Google saves every search query, and millions of video surveillance cameras retain our movements. In this article I analyze this shift and link it to technological innovation and information economics. Then I suggest why we may want to worry about the shift, and call for what I term data ecology. In contrast to others I do not call for comprehensive new laws or constitutional adjudication. Instead I propose a simple rule that reinstates the default of forgetting our societies have experienced for millennia, and I show how a combination of law and technology can achieve this shift.

Par ailleurs, les bibliothécaires américains, dans leur combat contre le Patriot Act, on montré combien la notion d'anonymat dans la lecture était importante. Voir par exemple la présentation de Ph. Cantié dans le BBF. Sans doute, la perspective de Google est plus soft, commerciale, moins brutale et moins directement politique, néanmoins il me parait essentiel que les individus puissent trouver encore des lieux de culture et de connaissance où leurs comportements ne soient pas orientés par une logique marchande.

samedi 01 avril 2006

Livre, mots-clés

Les mots-clés renvoient aux billets du blogue correspondant aux différents chapitres, parties et sous-parties du livre.