jeudi 5 avril 2007

Journée d’étude : Perspectives de recherches et de formations pour une stratégie canadienne sur l’information numérique?

** English version follows **

« L'information numérique est devenue essentielle à presque tout ce que les Canadiens font dans leur vie quotidienne, que ce soit pour communiquer entre eux, effectuer des transactions commerciales et gouvernementales, ou découvrir un patrimoine documentaire de plus en plus accessible sous forme électronique. L'information numérique est en même temps fluide, fragile et, trop souvent, éphémère. Une partie de notre patrimoine numérique est déjà disparue et une grande partie est en péril » Bibliothèque et Archives Canada .
Afin de susciter le débat et la réflexion concernant ces différentes problématiques, l’École de bibliothéconomie et des sciences de l’information de l’Université de Montréal a, dans le cadre de la journée d’étude sur l’information numérique qui se tiendra le 9 mai prochain (voir le site internet de l’évènement pour plus de détails), développé ce blogue dont le principal objectif est de recueillir les différents points de vues des membres de la communauté scientifique concernant les défis posés par l’information numérique pour la recherche et l’enseignement.

Nous vous invitons donc à participer et à vous exprimer à travers ce nouveau médium issu des transformations en cours. Vos commentaires et prises de position sur ces enjeux permettront de mieux définir le rôle de la communauté scientifique dans l’élaboration d’une stratégie concertée pour la conservation du patrimoine informationnel canadien et québécois.


Workshop : Research and Training Perspectives on the Canadian Digital Information Strategy


"Digital information has become central to nearly everything Canadians do in their day-to-day lives, from communicating with one another, to engaging in commercial or government transactions, to learning from a documentary heritage that is increasingly electronic in form. At the same time, digital information is fluid, fragile, and too often, fleeting. A portion of our digital heritage has already been lost and much remains at risk of being lost" Library and Archives Canada.
To initiate discussions on these various problems, l’École de bibliothéconomie et des sciences de l’information de l’Université de Montréal has, within the framework of the workshop on digital information which will be held on May 9th (see Internet Web site of the event for more details), developed this blog to gather members’ of scientific comunity positions concerning the challenges posed by digital information for research and teaching.

We thus invite you to participate and express yourself through this new medium resulting from the transformations in progress. Your comments, reflexions and standpoint on these stakes will make it possible to define the role of the scientific community in the development of a Canadian strategy for the conservation of the our informational inheritance.

Éléments de la stratégie | Elements of a Strategy


** English version follows **

Extrait du Rapport sur le Sommet :

Pendant l'atelier de travail, cinq groupes ont discuté de la portée possible d'une stratégie, en s'appuyant sur la liste ci-après :
  • Conversion numérique à grande échelle
  • Pratiques améliorées de production numérique
  • Soutien ciblé en matière de production numérique
  • Réseau de préservation officiel et habilitant
  • Compétences et formation en gestion de l'information numérique
  • R et D stratégiques
  • Gestion et diffusion améliorées de l'information concernant les droits
  • Libre accès à l'information et à la recherche financée par des fonds publics
  • Interopérabilité – au sein et entre les provinces, les territoires, les secteurs et les disciplines
  • Obstacles structurels réduits à l'égard de l'accès et de l'utilisation
Pendant la discussion, les participants ont appuyé la plupart de ces éléments, même si certains, comme le libre accès, ont davantage prêté à la controverse. (..) Les participants ont conclu qu'il faut définir davantage la signification exacte, les nuances et les répercussions des éléments ci-après :
  • Meilleure gestion des droits
  • Approche décentralisée ou approche répartie
  • Accès ouvert versus accès gratuit
  • Approche descendant par rapport à approche ascendant (les participants ont souligné que le rôle de la production du contenu est de plus en plus ascendant, tandis que le rôle de la préservation serait davantage descendant)
  • Besoins en R et D dans ce domaine
  • Besoins de formation et d'enseignement dans ce domaine
  • Mesures incitatives et facteurs de dissuasion économiques connexes aux éléments proposés
  • Existe-t-il des exigences différentes pour certaines catégories de contenu, et faut-il en faire une distinction dans la stratégie
Toutefois, les participants étaient unanimes sur le fait que l'objectif de la stratégie est de régler les défis de production et de préservation de l'information numérique et de l'accès à celle-ci. Selon les participants, il serait approprié que la stratégie tienne compte du patrimoine culturel et de l'environnement d'information gouvernementale et scientifique, à condition de faire des distinctions si les besoins stratégiques de création, d'accès et de préservation de ces différents domaines divergent.

Les participants ont souligné l'importance du partage du leadership entre les intervenants du secteur public et privé. Le secteur privé est un important catalyseur du changement et de l'activité économique, et produit beaucoup de contenu, tandis que le secteur public joue un rôle prépondérant d'autorité habilitante des politiques, des lois, du financement et de la préservation. Les participants ont convenu que la collaboration intersectorielle est essentielle pour atteindre les objectifs de la stratégie.

Il faut que le message de la stratégie soit clair. Il doit énoncer les possibilités et les risques, dans le but d'obtenir un appui politique et public. Nous ne pouvons pas attendre un « leadership visionnaire » – la communauté de l'information est responsable de sensibiliser l'élite politique. Nous ne pouvons pas nous permettre de relâcher notre vigilance, car comparativement à d'autres pays, nous accusons déjà du retard.

La vision de la stratégie doit être claire et elle doit refléter le caractère unique du Canada (les valeurs, l'histoire, les langues et la culture, la constitution, les circonstances). Elle ne devrait pas se limiter aux intérêts des communautés professionnelles (bibliothèques, archives, musées). Les participants soulignent la valeur de la recherche internationale pour appuyer l'élaboration et l'adoption du développement de la stratégie.

Au terme des discussions, les participants conviennent que l'univers numérique évolue trop rapidement et qu'il est impossible de trouver une « solution unique »; selon eux, il faut se tourner vers des initiatives efficaces et adapter la stratégie à l'évolution de l'environnement numérique. Cet environnement évolue plus rapidement que les politiques publiques ou les connaissances du gouvernement concernant les enjeux et les solutions. Les participants suggèrent que la poursuite des activités se traduise par l'adoption d'approches stratégiques qui, au lieu d'être une stratégie d'information numérique pour le Canada, soit davantage une stratégie pour un Canada numérique.

Questions pour amorcer la discussion :

Ces éléments peuvent-ils se décliner en programme(s) de recherche pour les universitaires?

Y-a-t-il au Canada, ou ailleurs, des résultats ou des recherches en cours dans ces domaines?

Y a-t-il des équipes ou des chercheurs prêts à s’investir dans ces domaines?



Elements of a Strategy |Éléments de la stratégie


Extract of the Report on the Summit :

In workshop, five groups discussed possible scope elements of a strategy, using as a reference the following list:
  • Large-scale digital conversion
  • Improved born-digital production practices
  • Targeted support to born-digital production
  • Formal and capable preservation network
  • Digital information management skills and training
  • Strategic R & D
  • Improved management and diffusion of rights information
  • Open access to publicly-funded information and research
  • Interoperability - within and across jurisdictions, sectors, disciplines
  • Reduced systemic barriers to access and use
Most of these elements were generally endorsed in the discussions, although elements such as open access were more controversial. […] The debrief concluded that more work is needed to determine the precise meaning, nuances, and implications of:
  • Better rights management
  • Decentralized versus distributed approaches
  • Open access versus free access
  • Top-down versus bottom-up roles (it was noted that content production is increasingly bottom-up, while preservation might be top-down)
  • R & D needs in this area
  • Training and teaching needs in this area
  • Economic incentives and disincentives related to the proposed elements
  • Whether classes of content carry distinct requirements and need to be distinguished within the strategy
However, there was general agreement that the strategy was well directed in looking to address issues of digital information production, preservation, and access. It was also seen as appropriate that it look to cover the cultural heritage, government, scientific information environments, providing that distinctions were made when the strategic needs for creation, access and preservation of these different areas diverged.

The importance of shared leadership involving both government and non-government stakeholders was emphasized. The private sector is a major driver of change and economic activity and a substantial producer of content, while the public sector has important enabling roles in policy, legislation, funding and preservation. Increased cross-sectoral collaboration was agreed to be vital to realizing the strategy's objectives.

There is a need for clear messaging around the strategy that speaks to both opportunities and risks to foster political and public support. We cannot wait for 'visionary leadership' - this information community has a responsibility to raise awareness at the political level. There is no room for complacency; compared to other jurisdictions, we are already late off the mark.

The strategy must carry a clear vision, and that vision must reflect what is unique about Canada (values, history, language and culture, constitution, circumstances). It should not focus too narrowly on the interests and biases of professional communities (libraries, archives, museums), and the value of international research to support the development and selling of the strategy development was noted.

Discussion acknowledged that the digital universe is evolving too rapidly for a 'single solution'; that instead we have to get started with pragmatic initiatives and evolve our strategy with the evolving digital environment. That environment is also evolving faster than public policy or government awareness of issues and solutions. Continued work, it was suggested, would lead to strategic approaches that, instead of being a digital information strategy for Canada, could be better expressed as a strategy for a digital Canada.

Questions for discussions :

Can these elements be developed in research program (s) for academics?

Are there in Canada, or elsewhere, results or research in progress in these fields?

Are there teams or researchers ready to invest themselves in these fields?